Lionel reçoit Daniel Rondeau N°263

MALTA HANINA

Daniel Rondeau

Donnez moi dix Rondeau et la France présentera au monde un autre visage, bigre, cette phrase circule dans le cercle des conseillers de l’Elysée. Au temps ou Bernard Kouchner officiait au quai d’Orsay, le véritable ministre des affaires étrangères c’était Daniel Rondeau. Trois ans durant il est ambassadeur permanent à Malte, puis nommé ambassadeur à l’UNESCO en novembre dernier en remplacement de Rama Yade. La vocation première de Daniel Rondeau, c’est l’écriture. Présenté à l’académie Française, il n’est pas retenu. Le quai Conti attendra. La diplomatie a certes bien plus besoin de ses compétences que la rédaction du dictionnaire.

Dans Malta Hanina, sa vingt huitième  publication, Daniel Rondeau, l’ambassadeur de la France, ouvrier de la diplomatie, sur une île perdue au milieu des eaux et du temps est au centre du « banquet méditerranéen ». Malte a tenu ses promesses, j’y ai été accueilli, d’une certaine façon, délivré, admis dans les confidences d’une vieille civilisation. Daniel Rondeau raconte ce pays qu’il a vécu : Malte la généreuse (Malta Hanina), la catholique, la sémitique, nombril de la mer entre Sicile et Libye, entre Orient et Occident. Mais il parle aussi de la France, de l’Europe tentée par l’oubli, de sa vie d’écrivain. Jamais il n’a taillé autant de facettes pour faire un portrait.

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Comment un ancien maoïste, porte drapeau  de la révolution sur les pavés de 1968 ou encore dans les usines de Lorraine, peut-il être ambassadeur de France à l’étranger sous le régime de droite ?

Daniel Rondeau. Ma patrie, ma maison c’est la France, je représente la France à l’étranger et je travaille pour mon pays. Je suis Champenois, de Commercy un lieudit près d’Epernay où mes parents étaient instituteurs, eux-mêmes enfants de vignerons ; j’ai aimé ma région puis mon pays et j’ai toujours été un patriote français. Naturellement j’ai eu 20 ans, j’ai voulu changer le monde, j’étais un idéaliste et même à cette époque là nous étions attachés  par exemple à la résistance, c’était un de nos mythes patriotiques français, et j’ai vieilli je me suis rendu compte que j’étais dans une impasse, que cela ne menait à rien, je suis donc revenu à l’écriture ma vocation. Mais j’aime mon pays, je pense que nous avons de la chance de vivre dans un pays exceptionnel avec une histoire exceptionnelle  qui nous a donné vocation  exceptionnelle de par le monde et j’essaie de défendre mon pays comme écrivain et comme ambassadeur.

URBAN TV. Qu’est-ce qui fait que la France a une vocation internationale alors que nos politiques de tous bords broient du noir en toutes occasions ?

Daniel Rondeau. Ce sont les français qui broient du noir, ils sont dans une dépression depuis 25 ans, ils ne se rendent pas compte qu’ils sont privilégiés par notre passé. Regardez la qualité de nos villes ! Tout étranger qui arrive en France est stupéfait par ce qu’on trouve dans notre pays et la qualité de vie de chacun. Ce qui nous donne une vocation universelle, je pense que c’est notre histoire, nous sommes dans l’un des deux plus vieux pays du monde : la France et le Royaume-Uni.

Il y en a un qui était grand quand il l’était pour lui-même, c’est l’Angleterre, l’autre a toujours été grand quand il l’était pour les autres, c’est la France. Je m’inscris dans cette tradition là et je crois en cela. Naturellement les grandes puissances déclinent, d’autres arrivent mais nous gardons une force de frappe intellectuelle, morale et spirituelle très importante, cela nous vient aussi de nos écrivains. La France est connue dans le monde entier grâce à Victor Hugo, Rabelais, Balzac, Chateaubriand, Albert Camus ou Le Clézio qui est aujourd’hui « Prix Nobel ». Sans parler de nos cinéastes : Jean Louis Godard est connu dans le monde entier. Que dire de nos scientifiques ? Les Etrangers aiment notre pays plus que nous l’aimons nous-mêmes.

URBAN TV. Pensez-vous que l’on puisse faire abstraction de notre passé d’esclavagiste, de colonialiste ?

Daniel Rondeau. On ne fait pas abstraction de cela. D’abord l’esclavagisme était une réalité partagée par tout le monde, les arabes en premier en étaient les grands maîtres. Naturellement nous avons participé à cela (les Rois Noirs aussi). Quant au colonialisme cela a été une idée pervertie, nous sommes partis avec l’esprit d’apporter la bonne parole et « évangéliser », par exemple pour l’Algérie c’est sous l’impulsion de la gauche que cela s’ai fait. Camus disait «  s’il est bon qu’une nation puisse reconnaître ses fautes, il est aussi bon qu’elle puisse reconnaître ce qui fait qu’elle puisse être fière d’elle-même » nous ne pouvons battre notre coulpe indéfiniment. L’histoire c’est le passé même si on ne peut l’ignorer, il faut également tourner la page.

Suite à la parution de ce livre la fréquentation touristique française à Malte a doublé en six mois.

Dommage qu’à la Valette on n’y parle qu’Anglais et Maltais !

Les jeunes européens y vont pour apprendre l’Anglais, les Français aussi ; les services sociaux de  l’ambassade de France y est fortement mise à contribution.

La France y est omniprésente dans l’architecture, la culture et l’histoire. Une invitation à la découverte !





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception