Lionel reçoit MICHELA MARZANO N°258

Michela Marzano

Légère comme un papillon.

Née à Rome en 1970, ancienne élève de l’ENS de Pise, professeur des universités en philosophie (Paris Descartes). Dans un livre intime et émouvant, la philosophe Michela Marzano raconte son histoire d’anorexique.

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Pourquoi pouvoir, devoir ou vouloir raconter votre expérience aujourd’hui dans un livre ?

Michela Marzano. Cela ne relève pas du devoir, mais d’une envie. J’avais envie de raconter mon anorexie et je pouvais le faire étant sortie de ce symptôme et malaise après une très longue psychanalyse. J’avais le pouvoir de le faire sans me mettre en danger. Ce mal touche non seulement les jeunes filles et les moins jeunes mais aussi  les hommes et je devais donner un message d’espoir. Ayant été longtemps délaissée, mon regard sur le monde et ma philosophie sur la condition humaine et sa fragilité peuvent-être sans aucun doute une aide utile  à ceux qui souffrent.

URBAN TV. Peut-on mettre en parallèle  boulimie et anorexie ?

Michela Marzano. Effectivement le parallèle est évident, le processus est identique à celui qui conduit à la drogue ou à l’alcool. C’est la plupart du temps un manque de confiance en Soi. On a consacré son temps à se conformer aux attentes des autres et au bout d’un moment il y a une raison qui fait que l’on n’en peut plus et que cela ne correspond pas à notre propre identité. Que ce soit pour la boulimie ou l’anorexie, on met en scène quelque chose  dont on n’a pas les mots pour le dire  et c’est seulement lorsque l’on trouve les mots pour exprimer ce que l’on a à l’intérieur de Soi que l’on peut s’en sortir.

URBAN TV. En écrivant ce livre en italien  après une longue période d’études puis professionnelle en France est-ce faire un acte de renaissance, après la fuite et l’oubli de l’italien paternel, pour une nouvelle  langue maternelle italienne libératrice et retrouvée ?

Michela Marzano. Quand je suis venue en France j’avais besoin d’une coupure  avec l’Italie, avec l’italien de mon père. J’ai décidé de tout faire en français : les études, ma psychanalyse, mon écriture, (mes livres précédents sont aussi en français : » la pornographie ou l’épuisement du corps en 2003 », «  la fidélité ou l’amour à vif » en 2004, « le malaise dans la sexualité » en 2006, « je consens donc je suis » en 2007etc…un livre chaque année). Comme si j’avais besoin de mettre une distance entre moi et l’italien. En 2009 j’ai décidé de repartir vers l’Italie  et d’écrire ce livre en italien qui n’était plus la langue du Devoir Etre, mais ma nouvelle langue maternelle dès lors que j’avais appris à me pardonner, à m’accepter.

URBAN TV. Pourquoi ou comment le trop pesant familial  engendre-t-il le besoin d’être légère comme un papillon ?

Michela Marzano. A force de tout faire pour correspondre à l’attente des parents et par la suite des professeurs etc.… la vie devient pesante et pour échapper à cette lourdeur on croit que pour devenir légère c’est –à –dire libre c’est de perdre des kilogrammes et en fait on se trompe, plus on perd de kilogrammes et plus on devient lourd. En fait c’est aujourd’hui que je me sens légère, pas en terme de kilos mais en liberté,  je suis libre d’être moi-même et je ne suis plus sous la coupe du devoir-être qui rendait ma vie extrêmement lourde et pesante. On essaie d’attirer le regard des autres en disant, parce que l’on n’a pas d’autres moyens d’expression, regardez-moi telle que je suis. C’est une manière de désespérée. L’anorexique emploie son corps pour exprimer des cris silencieux.  

URBAN TV. L’anorexique, un être supérieur qui veut pousser le blasphème à son paroxysme, encore une fois contre l’ordre et contre la famille pris en défaut ?

Michela Marzano.  C’est un cri contre des parents qui n’ont pas été capables  de donner un amour inconditionnel, c’est une rébellion contre l’amour conditionné : je t’aime si, et seulement si, tu es celle que je  veux que tu sois.

URBAN TV. Pour vous la philosophie c’est une étude, un enseignement, une expérience, dans laquelle vous êtes acteur, metteur en scène mais aussi le bras de l’auteur par  l’enseignante que vous êtes ?

Michela Marzano. Ce que j’enseigne évidemment est marqué par ce que j’ai vécu ; ce qui m’intéresse c’est de transmettre ce que l’on entend par éthique de la sollicitude,  une philosophie qui soit capable de prendre en compte la vulnérabilité de la condition humaine contrairement à celle que j’ai apprise : la philosophie de la logique un peu froide. J’ai compris par la suite que la seule philosophie utile à donner du sens à la vie, est une philosophie incarnée, sensible à nos fragilités et fractures et qui doit être une philosophie qui nous accompagne.

                 Encore bien des questions abordées avec Michela Marzano. Elle répond à mon questionnement sur urbantv.fr rubrique : dans votre ville. Les thèmes abordés : le voile et les musulmanes, l’amour narcissique, notre jeunesse et ses démons !...

 





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception