Lionel reçoit Stéphane HESSEL Mag n°253

 

 Stéphane Hessel    Elias Sanbar

Le Rescapé et l’Exilé

Ambassadeur de France, corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Stéphane Hessel a été le chef de la coopération technique au Quai d’Orsay. Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco, participe aux négociations de paix.

Dans ce livre Stéphane Hessel, un juif qui n’a pas fait sa Bar-Mitsva, et Elias Sanbar, palestinien exilé, tentent de justifier autrement un processus de Paix entre Israël et la Palestine.

Il y a quelques jours avant son hospitalisation  à Paris Stéphane Hessel accompagné d’Elias Sanbar sont reçus à Strasbourg par Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Stéphane Hessel 94 ans, sur la brèche en permanence ne peut se passer d’apporter sa pierre à l’édification d’un monde plus juste. Depuis un an et demi et la sortie « d’Indignez-vous » il ne peut pas se résoudre à goûter la quiétude de son appartement  parisien du XIVe arrondissement, après une vie si bien remplie au Service de l’Humanité.

URBAN TV. La déclaration de Balfour est-elle à l’origine des problèmes actuels au Moyen-Orient ?

Stéphane Hessel. La création d’un état juif religieux et sacré  a été l’erreur fondamentale qui fait suite à la promesse britannique de 1917 d’établir un « Foyer national juif en terre sainte ». Les Britanniques exerçant depuis 1920 la tutelle de la Palestine en tant que mandataire au nom de la SDN assistent à l’idée de partage des territoires débattue  désormais depuis 1947 par l’ONU. La création de l’état d’Israël une sorte de compensation au martyr Juif et de la Shoa.

Elias Sanbar. Paradoxalement les années de guerre 39-45 sont ressenties en Palestine avec plus de quiétude après la révolution arabe de 1936. Les grands s’affrontent et oublient le peuple palestinien qui jouit d’une croissance économique sans pareil, grâce aux raffineries et aux besoins vitaux des troupes alliées. Bien entendu en 1947 les négociations de partage sont ressenties comme une agression…

URBAN TV.J’ai rencontré récemment l’ambassadeur à l’UNESCO monsieur Rondeau, il espère aboutir à un rapprochement Israël/Palestine plus particulièrement grâce aux  femmes. Qu’en pensez-vous ?

Stéphane Hessel. Je vois régulièrement Daniel Rondeau et j’admire le travail qu’il fait pour la réconciliation par une approche culturelle et scientifique. Et la corde sur laquelle il joue ? C’est effectivement par les femmes plus perméables aux idées de paix. On peut espérer que sur le modèle des relations franco-allemandes apaisées, nous obtiendrons suffisamment de poids près des « Indignés » de chaque pays pour faire pencher la balance vers plus de concessions et de compréhension, le deuxième axe de réconciliation pourrait venir d’un Obama réélu en novembre prochain qui menacerait Israël de  lui supprimer son soutien si les Israéliens n’abandonnent  pas leur désir d’expansion par l’occupation et les colonies.

Elias Sanbar. Plus récemment à la conférence de Washington, après celle de Madrid, on a vu des dissensions apparaître dans l’approche Israélienne. Germe l’idée dans l’entourage d’Yitzhak Shamir  de protéger Israël de lui-même.

Stéphane Hessel. Quel que soit le résultat des élections françaises, je réitèrerai mes opinions auprès de l’élu, à ce jour le Président Sarkozy et Alain Juppé  défendent les recommandations de l’ONU en poussant Israël à plus de tempérance, si Hollande est élu je le rencontrerai pour lui faire part de notre action en lui conseillant de faire bloc auprès des Etats-Unis pour une plus grande concertation…

« Israël-Palestine une exigence de justice » un livre à découvrir et un contenu à méditer aux éditions Don Qichotte.

 

 Stéphane Hessel    Elias Sanbar

Le Rescapé et l’Exilé

Ambassadeur de France, corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme, Stéphane Hessel a été le chef de la coopération technique au Quai d’Orsay. Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine auprès de l’Unesco, participe aux négociations de paix.

Dans ce livre Stéphane Hessel, un juif qui n’a pas fait sa Bar-Mitsva, et Elias Sanbar, palestinien exilé, tentent de justifier autrement un processus de Paix entre Israël et la Palestine.

Il y a quelques jours avant son hospitalisation  à Paris Stéphane Hessel accompagné d’Elias Sanbar sont reçus à Strasbourg par Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Stéphane Hessel 94 ans, sur la brèche en permanence ne peut se passer d’apporter sa pierre à l’édification d’un monde plus juste. Depuis un an et demi et la sortie « d’Indignez-vous » il ne peut pas se résoudre à goûter la quiétude de son appartement  parisien du XIVe arrondissement, après une vie si bien remplie au Service de l’Humanité.

URBAN TV. La déclaration de Balfour est-elle à l’origine des problèmes actuels au Moyen-Orient ?

Stéphane Hessel. La création d’un état juif religieux et sacré  a été l’erreur fondamentale qui fait suite à la promesse britannique de 1917 d’établir un « Foyer national juif en terre sainte ». Les Britanniques exerçant depuis 1920 la tutelle de la Palestine en tant que mandataire au nom de la SDN assistent à l’idée de partage des territoires débattue  désormais depuis 1947 par l’ONU. La création de l’état d’Israël une sorte de compensation au martyr Juif et de la Shoa.

Elias Sanbar. Paradoxalement les années de guerre 39-45 sont ressenties en Palestine avec plus de quiétude après la révolution arabe de 1936. Les grands s’affrontent et oublient le peuple palestinien qui jouit d’une croissance économique sans pareil, grâce aux raffineries et aux besoins vitaux des troupes alliées. Bien entendu en 1947 les négociations de partage sont ressenties comme une agression…

URBAN TV.J’ai rencontré récemment l’ambassadeur à l’UNESCO monsieur Rondeau, il espère aboutir à un rapprochement Israël/Palestine plus particulièrement grâce aux  femmes. Qu’en pensez-vous ?

Stéphane Hessel. Je vois régulièrement Daniel Rondeau et j’admire le travail qu’il fait pour la réconciliation par une approche culturelle et scientifique. Et la corde sur laquelle il joue ? C’est effectivement par les femmes plus perméables aux idées de paix. On peut espérer que sur le modèle des relations franco-allemandes apaisées, nous obtiendrons suffisamment de poids près des « Indignés » de chaque pays pour faire pencher la balance vers plus de concessions et de compréhension, le deuxième axe de réconciliation pourrait venir d’un Obama réélu en novembre prochain qui menacerait Israël de  lui supprimer son soutien si les Israéliens n’abandonnent  pas leur désir d’expansion par l’occupation et les colonies.

Elias Sanbar. Plus récemment à la conférence de Washington, après celle de Madrid, on a vu des dissensions apparaître dans l’approche Israélienne. Germe l’idée dans l’entourage d’Yitzhak Shamir  de protéger Israël de lui-même.

Stéphane Hessel. Quel que soit le résultat des élections françaises, je réitèrerai mes opinions auprès de l’élu, à ce jour le Président Sarkozy et Alain Juppé  défendent les recommandations de l’ONU en poussant Israël à plus de tempérance, si Hollande est élu je le rencontrerai pour lui faire part de notre action en lui conseillant de faire bloc auprès des Etats-Unis pour une plus grande concertation…

« Israël-Palestine une exigence de justice » un livre à découvrir et un contenu à méditer aux éditions Don Qichotte.