LIONEL ET PATRICIA KASS

Patricia Kass

L’Ombre de ma vie.

Un livre écrit en collaboration avec Sophie Blandinières qui trace sur le papier le récit d’une vie foisonnante et frissonnante où l’on voit une petite fille de 8 ans prendre le micro dans les bals du samedi soir, dans des cabarets à quelques enjambées de la salle des pendus sur le carreau des mines de Lorraine et par ailleurs une Patricia Kass apparaît à l’aise dans les endroits les plus paradisiaques et sophistiqués de la planète.

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. La vie d’artiste vous va bien, vous l’avez choisie ! Si elle n’avait pas été celle-là, qu’auriez-vous désiré en solution joker ?

Patricia Kass. Je ne sais pas si j’ai eu le choix. Pour moi la musique et la chanson, depuis l’âge de mes 8 ans, ont été un moyen de m’exprimer. J’ai eu la chance d’avoir une maman qui m’y engageait, mais j’étais aussi comme toutes les petites filles : quand on m’a offert un appareil photo, j’ ai voulu être photographe, j’ai voulu aussi être esthéticienne, j’ai voulu guérir les cœurs (plutôt côté médical qu’affectif) et encore aujourd’hui…

URBAN TV. Vous semblez mettre l’amitié avant l’amour, cela apparaît à plusieurs reprises dans votre livre !

Patricia Kass. Avant tout est-ce qu’il ne faut pas être ami avant d’aimer d’amour ? L’amitié est primordiale, je crois que chacun reconnaîtra que les coups de foudre ne sont pas toujours  prémices à l’amour.

URBAN TV. Pour vous le portrait de  l’homme idéal, lorsque vous aviez 20 ans, est-il différent de celui de l’homme idéal que vous imaginez maintenant  que vous avez 40 ans et quelques broutilles?

Patricia Kass. Quand on est petite fille, l’homme idéal ressemble à papa. Mon père était très beau, encore aujourd’hui j’ai une vision de mon père, même s’il était petit, d’un bel homme qui m’a fait rêver. Mais je crois que ce sont les expériences de la vie qui font évoluer les critères de l’homme idéal.  En découvrant un homme, souvent je me suis dit : «  cet homme là n’est pas à mon goût »  puis en l’ayant fréquenté et ayant parlé avec lui, la relation change et ce que le physique ou les tendances qui au départ m’auraient déplus, souvent apparaissent transformés.

URBAN TV. Régulièrement  vous essayez de resserrer les liens familiaux et vous avez peur de faire mal ou faire du mal.

Patricia Kass. Ce n’est pas faire mal qui me gêne, mon objectif dans ce cas est de vouloir faire bien sans en en faire trop. Très longtemps j’ai eu peur que ma notoriété nuise à  nos relations familiales,  que cela fasse de moi une frangine différente. L’argent ne remplace pas ce qui peut nous manquer, mais il faut être fier  de ce qu’on est devenu et faire partager cette fierté.

URBAN TV. Maintenant que l’ouvrage est terminé, imprimé vous dites vous, j’aurais pu ajouter… ?

Patricia Kass. L’essentiel est là. Je me suis beaucoup livrée, je ne regrette rien même les épisodes les plus intimes. Pour moi, de m’être découverte sans réserve fut une période de thérapie qui me permit  d’éteindre les épisodes les plus douloureux de ma vie.

URBAN TV. Nombre d’artistes disent devoir leur carrière à un tel ! Est-ce votre cas ? Votre carrière s’est- elle  construite par conviction, force ou travail ?

Patricia Kass. Je sais que des gens m’ont entourée, guidée, mais je ne les ai pas toujours écoutés et je suis là. Je crois que je  dois ma carrière à moi-même, même si mes amitiés avec Michel Sardou, Alain Delon ou Gérard Depardieu qui a produit mon premier disque m’ont énormément servi. Si je suis entrée en amitié avec ceux-là, c’est qu’ils avaient trouvé en moi une artiste en devenir, un terreau fertile.

URBAN TV. Vous avez récemment vécu un conte de fée avec un prince charmant déjà marié  et avec deux petites filles adorables !...

Patricia Kass. Au bout d’un mois et demi de rêve je me suis dit réveille toi, tu n’es pas un trophée que l’on accroche dans son salon. Il fallait que ce conte de fée prenne fin, que je reprenne la vie que je me suis construite même si quelques regrets pointent leur nez de temps en temps.

Adieu l’île paradisiaque offerte, le paradis est également sur les planches.

Patricia Kass

L’Ombre de ma vie.

Un livre écrit en collaboration avec Sophie Blandinières qui trace sur le papier le récit d’une vie foisonnante et frissonnante où l’on voit une petite fille de 8 ans prendre le micro dans les bals du samedi soir, dans des cabarets à quelques enjambées de la salle des pendus sur le carreau des mines de Lorraine et par ailleurs une Patricia Kass apparaît à l’aise dans les endroits les plus paradisiaques et sophistiqués de la planète.

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. La vie d’artiste vous va bien, vous l’avez choisie ! Si elle n’avait pas été celle-là, qu’auriez-vous désiré en solution joker ?

Patricia Kass. Je ne sais pas si j’ai eu le choix. Pour moi la musique et la chanson, depuis l’âge de mes 8 ans, ont été un moyen de m’exprimer. J’ai eu la chance d’avoir une maman qui m’y engageait, mais j’étais aussi comme toutes les petites filles : quand on m’a offert un appareil photo, j’ ai voulu être photographe, j’ai voulu aussi être esthéticienne, j’ai voulu guérir les cœurs (plutôt côté médical qu’affectif) et encore aujourd’hui…

URBAN TV. Vous semblez mettre l’amitié avant l’amour, cela apparaît à plusieurs reprises dans votre livre !

Patricia Kass. Avant tout est-ce qu’il ne faut pas être ami avant d’aimer d’amour ? L’amitié est primordiale, je crois que chacun reconnaîtra que les coups de foudre ne sont pas toujours  prémices à l’amour.

URBAN TV. Pour vous le portrait de  l’homme idéal, lorsque vous aviez 20 ans, est-il différent de celui de l’homme idéal que vous imaginez maintenant  que vous avez 40 ans et quelques broutilles?

Patricia Kass. Quand on est petite fille, l’homme idéal ressemble à papa. Mon père était très beau, encore aujourd’hui j’ai une vision de mon père, même s’il était petit, d’un bel homme qui m’a fait rêver. Mais je crois que ce sont les expériences de la vie qui font évoluer les critères de l’homme idéal.  En découvrant un homme, souvent je me suis dit : «  cet homme là n’est pas à mon goût »  puis en l’ayant fréquenté et ayant parlé avec lui, la relation change et ce que le physique ou les tendances qui au départ m’auraient déplus, souvent apparaissent transformés.

URBAN TV. Régulièrement  vous essayez de resserrer les liens familiaux et vous avez peur de faire mal ou faire du mal.

Patricia Kass. Ce n’est pas faire mal qui me gêne, mon objectif dans ce cas est de vouloir faire bien sans en en faire trop. Très longtemps j’ai eu peur que ma notoriété nuise à  nos relations familiales,  que cela fasse de moi une frangine différente. L’argent ne remplace pas ce qui peut nous manquer, mais il faut être fier  de ce qu’on est devenu et faire partager cette fierté.

URBAN TV. Maintenant que l’ouvrage est terminé, imprimé vous dites vous, j’aurais pu ajouter… ?

Patricia Kass. L’essentiel est là. Je me suis beaucoup livrée, je ne regrette rien même les épisodes les plus intimes. Pour moi, de m’être découverte sans réserve fut une période de thérapie qui me permit  d’éteindre les épisodes les plus douloureux de ma vie.

URBAN TV. Nombre d’artistes disent devoir leur carrière à un tel ! Est-ce votre cas ? Votre carrière s’est- elle  construite par conviction, force ou travail ?

Patricia Kass. Je sais que des gens m’ont entourée, guidée, mais je ne les ai pas toujours écoutés et je suis là. Je crois que je  dois ma carrière à moi-même, même si mes amitiés avec Michel Sardou, Alain Delon ou Gérard Depardieu qui a produit mon premier disque m’ont énormément servi. Si je suis entrée en amitié avec ceux-là, c’est qu’ils avaient trouvé en moi une artiste en devenir, un terreau fertile.

URBAN TV. Vous avez récemment vécu un conte de fée avec un prince charmant déjà marié  et avec deux petites filles adorables !...

Patricia Kass. Au bout d’un mois et demi de rêve je me suis dit réveille toi, tu n’es pas un trophée que l’on accroche dans son salon. Il fallait que ce conte de fée prenne fin, que je reprenne la vie que je me suis construite même si quelques regrets pointent leur nez de temps en temps.

Adieu l’île paradisiaque offerte, le paradis est également sur les planches.





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception