Lionel reçoit Jean d'Ormesson

Jean d' Ormesson suite de l'entretien du 6 janvier 2012

URBAN TV. Peut-on faire une comparaison avec l’époque actuelle en France, en Europe et dans le monde ?

Jean d’Ormesson. Vous avez raison à  cette époque la monnaie ne vaut plus rien, les soldes ne sont plus payées, le commerce est arrêté, les ports sont fermés, vous ne pouvez plus circuler entre Paris et Strasbourg ou Marseille sans vous faire arrêter par les bandits, on ne sait qui ils sont : des chouans peut-être, des bandits sûrement…Six mois après le coup d’état il part en guerre, Marengo est une bataille perdue à  seize heures, à ce moment là Napoléon se ravise,  il dit : « il est seize heures nous avons perdu la bataille, nous avons le temps d’en gagner une autre et c’est la victoire que nous connaissons … » Là, il se dit probablement je suis supérieur aux autres !...

URBAN TV. Pourquoi avoir choisi plutôt Cambacérès que Talleyrand comme interlocuteur ou peut-être interprète de vos questionnements  personnels.

Jean d’Ormesson. Effectivement j’ai choisi Cambacérès parce que Talleyrand n’est pas un républicain. Cambacérès est un révolutionnaire ultra républicain, régicide, il a Lui voté la mort du Roi. Talleyrand est plus brillant, trop brillant, il n’aurait certainement pas été convaincu par Bonaparte. J’ai beaucoup de sympathie pour Cambacérès l’homosexuel, je laisse entendre qu’il avait un sentiment pour Bonaparte. Bonaparte était un séducteur pas tant avec les femmes avec qui il n’avait pas de soucis mais avec les Hommes, c’était un militaire, ses soldats l’adoraient et Cambacérès était de ceux-là. Pour Napoléon  l’homosexualité de Cambacérès était « un petit défaut ».Avec lui il parlait des Affaires de l’Etat bien sûr, mais aussi  et c’était là son approche de la séduction de la vie courante, de cuisine le penchant de Cambacérès, de logement, d’intendance, voyez l’histoire du châle que je relate dans le livre.

Bonaparte est un génie militaire,  il est très cultivé à l’image de Talleyrand, Châteaubriant, Cambacérès qui sont des hommes du 18éme, un jour il dit à Foucher : tu as voté la mort du Roi ?

-Oui bien sûr, c’est le premier service que j’ai rendu à Votre Majesté.

Cambacérès,  à qui il avait posé la même question, avait voté sans enthousiasme et avait répondu : - oh ! à peine…

URBAN TV. Vous ne faites pas  référence aux francs-maçons, ni même à l’épopée « Maltaise » ?

Jean d’Ormesson. Pour répondre à votre première question Cambacérès était probablement franc-maçon et Bonaparte s’est beaucoup servi des francs-maçons pour l’établissement des règles qui régissent encore nos vies aujourd’hui.

Quant à la période maltaise, c’est intéressant ce que vous dites ; effectivement les armées napoléoniennes pillaient et se servaient. Il y a deux jours  je recevais l’ambassadeur de France à Malte monsieur Rondeau et nous avons évoqué cette amitié contrastée entre les Maltais qui vénèrent Bonaparte comme libérateur et Napoléon comme pilleur de l’Eglise...

Ce livre est édité par la fille de Jean d' ORMESSON

 

 

A la fin du 19éme siècle nos gouvernants pour exalter les valeurs patriotiques des français réinventent « nos ancêtres les gaulois. »

Au début du 21éme Siècle Jean d’Ormesson met au goût du jour les valeurs de l’Europe Napoléonienne… L’Europe une idée à défendre.

 La Conversation, un livre à déguster sans modération en attendant probablement la pièce de théâtre à venir et pour quoi pas la série télévisée qui pourrait en découler.

 





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception