Lionel reçoit Michel Drucker N°337

Michel Drucker

Une année pas comme les autres.

 

Un journal de bord étourdissant, un journal intime et professionnel.

Michel Drucker décide après un demi-siècle de carrière de nous montrer, qui il est vraiment, ce qu’il est devenu et se confie dans un ouvrage de plus de 300 pages où défilent  les événements de son quotidien de juin 2014 à juillet 2015. Entre rires et larmes à la vitesse TGV nous entrons de plain-pied dans son univers : l’actualité choc des attentats, le sourire de Bebel, le quotidien de son ami Michel Delpech, de Céline Dion ou de Carla Bruni ou encore Isabelle Adjani, du GIGN, du Raid etc…

A Strasbourg vendredi dernier je rencontre Michel Drucker pour un après-midi qui commence Salle Blanche (le spectacle est quotidien et toujours gratuit Salle Blanche). Tous les sièges sont occupés et les fans de Michel Drucker sont debout pour l’accueillir en scandant son prénom. La chienne  Isia le suit pas à pas sans être impressionnée par le brouhaha.

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Cher Michel en quoi cette année n’est pas comme les autres, en quelques mots, pas en 300 pages ?

Michel Drucker. Cette année est une année charnière, ce n’est pas celle du bilan, j’en serai bien marri, mais c’est celle où les événements se précipitent, sur le plan mondial et politique d’une part, mais aussi et surtout parmi les amis, bien des  bouleversements depuis janvier, l’allée des cimetières s’agrandit !... Cela sentirait le sapin, la nécro ? Bien sûr que non Stéphanie ma fille m’a conduit sur le chemin de la maternité en me gratifiant du grade de grand-père de Rebecca…Tous ces bouleversements m’ont amené à ce livre et aussi au spectacle ‘’one man show’’ qui me mènera dès janvier  dans trente villes de province et à Paris. Ce spectacle reprendra ce que je fais aujourd’hui à Strasbourg, c’est-à-dire pendant  une heure et demie ce sera du vécu, mais vu du côté coulisses !

URBAN TV. Votre dernière maladie c’est l’humour et l’autodérision. Dans  vos écrits les délires hilarants de votre hypocondrie, et de celle de certains autres, nous entraîne  dans un tourbillon de petits plaisirs ! Pensez-vous pouvoir en guérir ?

Michel Drucker. Quand on est hypocondriaque on est un malade imaginaire, on n’en guéri jamais. J’ai toujours vécu dans le monde médical de par mon père, mon frère…Je fais partie de ce monde-là, d’ailleurs quand je monte sur scène pendant  le premier quart d’heure je scrute mes invités, je les ausculte, ma vie c’est de guérir les autres ! Lionel donnez-moi  votre poignet, je vous fais un check up rapide ! (Knock n’était pas loin)…Je fais « le médecin » pour ne pas contrarier mon père ! Je guéris les âmes, les esprits…Je suis de garde toutes les semaines depuis dix-sept ans du samedi soir au dimanche soir. Quand l’émission se termine je mets tout le monde en observation ou en salle de réveil !

URBAN TV. Je crois que le calendrier au 365 saints n’est pas assez développé pour retenir tous ceux dont vous parlez dans votre livre. Avez-vous le regret de n’y avoir pas invité quelqu’un ?

Michel Drucker. J’ai pratiquement reçu tous les gens que je souhaitais recevoir, sauf peut-être le général De Gaulle, je suis arrivé trop tard. Gamin, à Honfleur, à Deauville je voyais passer Brassens, Simone Signoret, Jacques Brel, Yves Montant, trois ans après je les ai rencontrés et dix ans après je les ai reçus. Quand vous lirez mon livre, pas vous qui l’avez déjà lu, mais vous le public, vous verrez que ma vie est près des autres.

URBAN TV. Vous fantasmez sur l’hôpital, la blouse blanche, l’infirmière qui vous donnerait le sein pendant l’examen de vos coronaires. Verra-t-on un dimanche une scène aussi suggestive ?

Michel Drucker. Certains, pendant les vacances, vont au soleil, à la montagne, à la mer, entre Noël et le jour de l’an j’ai voulu m’assurer ‘’que tout va bien’’, alors je me suis fait hospitaliser pour une coronographie (contre l’avis de mon cardiologue). Cela a pris trois jours, c’était magnifique, j’ai eu très beau temps : les infirmières étaient charmantes ‘’on va s’occuper de vous’’. Pendant que les gens réveillonnaient au foie gras et champagne, moi j’avais compote de pommes,  coquillettes et jambon sous cellophane, Vittel millésimé 85, j’étais en pleine forme. Rassurez-vous je ne coûte rien à la sécurité sociale, je paie avec mes propres deniers avec une cagnotte qui ne sert qu’à cela. Quand j’ai un moment de libre le matin je passe devant un labo, je m’y arrête. Qu’est-ce que qu’on vous sert aujourd’hui ? Je fais de la prévention.

URBAN TV. Chez Ruquier vous sortez de vos gonds ! Vous dites d’un certain journaliste : c’est un gros con ! Cela ne vous ressemble pas ?

Michel Drucker. C’était bien justifié…La suite sur urbantv.fr.

 Mais tout est dans le livre et cent autres révélations encore.

 

Michel Drucker scotché aux lèvres de Séverine.

La deuxième partie de la rencontre Drucker et les Strasbourgeois a lieu au Rutsch la winstub du 9, rue du Renard Prêchant autour d’un repas proposé par Séverine Lecointe De Valmigère. Vous souvenez-vous du quartet formé par Séverine, Pascal, Liman, Louna  âgée de 16 mois qui firent ‘’ la route de la soie’’ Pékin Strasbourg à Bicyclette en2008 ? Photos, coupures de presse à l’appui, Michel Drucker était scotché par le récit de Séverine.

 Ah ! Quand on parle de vélo, de performance et de matériel !...à suivre.

 

 





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception