Lionel reçoit Jean d'Ormesson N°332

Jean d’Ormesson

« «Bibliothèques Idéales » Strasbourg  septembre 2015

La Pléiade vaut bien un Nobel

90 ans depuis le printemps dernier, Jean d’Ormesson réserve sa première grande sortie de l’année à ses amis strasbourgeois pour présenter « Sa rentrée littéraire », un gros pavé recensant ses chroniques parues dans les différentes éditions de : ‘’le Figaro’’. Sans compter l’entrée de l’académicien, avec un volume de près de 1700 pages, dans La Pléiade.

Entrer dans la collection la Pléiade c’est une consécration, comment le percevez-vous ?

Jean d’Ormesson. La Pléiade vaut bien un Nobel je crois ! Ce qui m’émeut, c’est moins la reliure de cuir souple d’agneau, finement dorée, de l’ouvrage que de savoir que j’entre de mon vivant dans cette prestigieuse collection, comme avant moi, Yourcenar, Ionesco, Gide, Malraux ou Levi Strauss et deux ou trois autres…

90 printemps : l’immortalité que vous confère l’Académie ne vous suffisait pas, manquait à votre égo la consécration de l’édition sublime ! Quels vœux formuleriez-vous pour votre anniversaire ?

Jean d’Ormesson.  La vie m’a tout donné, les honneurs, les plaisirs, un brin de pouvoir, de l’argent

 (Un peu plus que je n’en avais besoin), le goût de la lecture…Un anniversaire, c’est une année de moins en capital, un  nouveau livre c’est une bataille de plus de gagnée contre la mort. Le directeur de La Pléiade en me remettant l’épreuve de ce  volume-là : ‘’Vous êtes tranquille pour cent ans !’’, alors je serai donc encore vivant pour plusieurs générations. J’aurai aimé voir entrer à l’Académie française Charles Aznavour, Sempé, voire Barbara…, les immortels sont « notabilisés », les réunions seraient probablement plus gaies ! Vous voulez que je vous rappelle une boutade qui circule entre Académiciens : « Comment va untel, académicien ? »   « Il est à moitié gâteux ». «  Alors c’est qu’il va mieux ! ».

Le président de la République s’autoproclame audacieux ! Partagez-vous sa modestie ?

Jean d’Ormesson. Je dirai même qu’il est très audacieux, car il m’a nommé Grand-croix de la Légion d’Honneur contre l’avis de ses amis. Je n’avais rien demandé, j’ai appris la nouvelle en ouvrant le journal. Il n’est peut-être pas modeste, mais il a jugement très sûr…

La vie n’est pas faite que de sérieux et de choses ennuyantes, vous avez beaucoup écrit sur la religion, (Dieu à propos duquel vous dites que vous souhaiteriez qu’il ait existé), sur les femmes et sur l’amour.

Jean d’Ormesson. Il n’y a pas si longtemps je disais encore courir les filles, aujourd’hui je dirais comme Woody Allen : Je m’intéresse toujours aux femmes, oui, mais je ne sais plus pourquoi…Mais les choses sérieuses sont présentes chaque jour à mon esprit. L’abominable Daech est une machine de guerre médiatique qui fait égorger des otages par des enfants et en propage les images par internet, leur terrain de jeu. L’épuration des Chrétiens d’Orient continue dans l’indifférence de nos gouvernants, à croire qu’ils n’entendent ni le peuple ni les intellectuels. …/…

Une rentrée littéraire riche pour l’académicien au regard bleu, avec la sortie des chroniques du Figaro, plutôt politiques mais aussi quelquefois mondaines, mais toujours justes et cinglantes.

Chez Robert Laffont « Dieu, les affaires et nous. »





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception