Lionel reçoit Boris Cyrulnik n°313

Boris Cyrulnik

Les âmes blessées.

Boris Cyrulnik né en 1937 à Bordeaux est neuropsychiatre et directeur d’enseignement à l’Université de Toulon après avoir été chercheur en éthologie clinique Boris Cyrulnik est surtout reconnu pour avoir vulgarisé le concept de résilience (renaître de sa souffrance).

Il est l’auteur de livres aux succès considérables et notamment de « Sauve-toi, la vie t’appelle »…

« A cause  de la guerre, du fracas de mon enfance, j’ai été, très jeune, atteint par la rage de comprendre. J’ai cru que la psychiatrie, science de l’âme, pouvait expliquer la folie du nazisme.

J’ai pensé que le diable était un ange devenu fou et qu’il fallait le soigner pour ramener la paix. Cette idée enfantine m’a engagé dans un voyage de cinquante ans, passionnant, logique et insensé à la fois. Ce livre en est le journal de bord.  Cinquante ans d’aventure psychiatrique m’ont donné des moments de bonheur. Ce long chemin m’a  conduit à tenter d’expliquer, de soulager et parfois de guérir les souffrances psychiques. Il m’a donné le plaisir de comprendre et le bonheur de soigner les âmes blessées. »

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Ce dernier livre, une biographie ou une histoire de la psychiatrie ou les deux à la fois ?

Boris Cyrulnik. Les deux à la fois bien sûr, car la psychiatrie, en particulier la neuropsychiatrie n’en n’était qu’à ses prémices à l’époque où j’étais  étudiant. Les soignants sont des aliénistes et les médecins étaient soumis à la Doxa et appliquaient les méthodes sans se remettre en question et mon ambition fut de me spécialiser et d’ouvrir les voies de la recherche sur les souffrances mentales et c’est ce que je relate.

URBAN TV. Le nazisme et votre vocation ! S’il n’y avait pas eu Hitler ?

Boris Cyrulnik. Ma famille a été arrêtée, déportée et exécutée durant l’occupation. J’ai retrouvé un devoir de classe rédigé à l’âge de onze ans dans lequel je mentionnais un intérêt certain pour la psychiatrie. Je découvrais que le psychiatre était quelqu’un qui soigne la folie, donc comme pour moi le nazisme était une maladie sociale, (j’avais entendu dire que Hitler était fou parce qu’il avait eu une méningite syphilitique ), dans mon esprit d’enfant je me disais que je deviendrais psychiatre et que j’empêcherais le nazisme de revenir.

URBAN TV. Vous dites, il n’y a pas que les monstres qui sont capables de faire des choses monstrueuses !

Boris Cyrulnik. Je considère que les terroristes de Daech, par exemple, et pour parler de ceux d’aujourd’hui, ne sont pas fous.  Ce sont des hommes et des femmes qui se sont soumis volontairement à une théorie totalitaire et  décapitent sans aucune culpabilité, car ils pensent ne faire qu’obéir, comme les accusés du procès de Nuremberg.

URBAN TV. Comment expliquez-vous l’abstraction de l’image de Dieu chez les juifs et les musulmans, alors que pour les chrétiens son image, si elle n’est pas banalisée est présente ?

Boris Cyrulnik. Cela viendrait du fait que le mot Dieu Yahvé ou Jéhovah était imprononçable à l’époque et n’était utilisé qu’en extrême désespoir. De nos jours les Juifs et les Musulmans considèrent presque les chrétiens comme des polythéistes qui représentent l’image de Dieu accompagné des apôtres et des saints et par la  même  risque d’adorer l’image et non pas ce qu’elle représente.   

URBAN TV. Autre combat connexe. Vous mettez l’accouchement à égalité des violences faites par les chirurgiens qui amputaient sans anesthésie ! N’est-ce point exagéré ?

Boris Cyrulnik. C’est le résultat d’un combat et d’un clivage idéologique, Lamaze praticien rentre d’URSS où il assiste à un seul accouchement sans douleur,  la femme a mis au monde en souriant,  c’était dans le contexte de l’époque un comportement communiste, il en fut bouleversé en tant que praticien. « In dolore paries ». une femme doit souffrir pour aimer son enfant, c’était un adage qui ne souffrait pas de réplique. Lamaze ouvre alors la clinique des Bleuets cofinancée par la CGT. Si par bonheur il arrivait à développer cet accouchement sans douleur, ce serait une victoire communiste.

URBAN TV. On dit que notre pays est en dépression, si la France venait à consulter à votre cabinet, que lui diriez-vous ?

Boris Cyrulnik. Je lui dirais voyagez un peu, et rentrez dans cette France dépressive. L’humeur ne dépend pas de la réalité. Par exemple : les Turcs aujourd’hui ont une économie encore moins bonne que la nôtre et des indices de répression élevés, par contre ils ont des indices de bien-être bien supérieurs aux nôtres. On sait les évaluer et ces pays qui ont des conditions matérielles inférieures ont un indice psychologique bien meilleur, c’est la manière d’en parler qui provoque les dépressions.

 

 

Quelques idées à méditer…parmi beaucoup d’autres développées dans ce livre

·         Il faut qu'un sexe soit masculin ou féminin.
Quand deux humains se rencontrent, ils présentent d'abord leur sexe. Mais comme ils n'osent pas présenter leur sexe anatomique, ils présentent seulement les mots qui le désignent : "Monsieur ou Madame"... Parfois même, ils présentent l'état de fonctionnement de ce sexe : "Mademoiselle."….

·         Il n’y a pas de corps sans âme, ni d’esprit sans matière….

·         Le dogme est prisonnier du présent…

·         Quand on aime quelqu’un on ne peut jeter son corps…





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception