Lionel reçoit Jean Marie Rouart n°310

Rencontre avec Jean-Marie Rouart de l’académie Française

 

NE PARS PAS AVANT MOI édition Gallimard

 

Né à Neuilly en 1943 Jean Marie Rouart est un romancier, essayiste et chroniqueur français. Sa famille depuis plusieurs générations compte de nombreux peintres, collectionneurs célèbres et artistes,  et est alliée aux Degas-Manet- Morisot, Jacob Desmalter et Paul Valéry. Après des études de philosophie et lettres Jean-Marie Rouart entre au Magazine Littéraire en 1967 et devance Jean d’Ormesson au Figaro en tant que chroniqueur et grand reporter ; quotidien qu’il quitte en 1975 peu après la parution de son deuxième roman « la Fuite en Pologne ». Aujourd’hui son trentième livre est un roman autobiographique ou Jean Marie Rouart s’interroge sur le mystère de la destinée  et tente d’en découvrir les rouages secrets. Quelle est la part de la volonté, du hasard et de la fatalité dans l’accomplissement d’une vie ? Qui décide de notre destin ? Il met son cœur à nu et avoue ses faiblesses : une adolescence à l’horizon bouché, un bac inlassablement raté, l’amour pour une jeune fille qui le trompe…

Jean-Marie Rouart le Miraculé de la Culture générale !

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Vous me parliez de vos échecs à répétition aux baccalauréats !

Jean-Marie Rouart. Il y a quelque temps, apprenant par mes écrits que j’ai dû passer en cinq épisodes mes bachots, l’association des surdoués de Strasbourg me demande d’adhérer et de la présider. A la fin du premier colloque j’ai l’impression de faire partie de leur Monde et depuis je reçois d’énormes quantités de courriers me demandant comment faire d’un cancre à l’école, un académicien !

URBAN TV.  Votre pugnacité et votre discernement à dix –sept ans, aidés par votre intelligence ne sont-ils pas les facteurs de votre réussite à la différence de ceux qui espèrent des jeux du hasard pour faire basculer une vie ?

 Jean-Marie Rouart. C’est plus vieux que cela. Pour Moi c’est à l’âge de treize ans que je me suis  découvert une vocation au service d’un idéal et au service de cette vocation une forte ténacité accompagnée de beaucoup de chance qui ne me quitte jamais. Je suis trop ambitieux pour me satisfaire d’un simple succès. Alors …

URBAN TV. Qui de Jean d’Ormesson, de Jacques Vergés, de François Nourricier ou encore de Maurice Rheims, si l ’un vous avait manqué,  aurait-il pu obérer le sens de votre vie ? 

Jean-Marie Rouart. Tous. C’est la vie qui les a mis sur mon chemin et chacun a apporté sa contribution à ma connaissance des autres. Sans conteste, je pense que j’ai plus de connivence avec Jean d’Ormesson, d’ailleurs le titre du livre lui appartient. Il n’y a guère plus d’un an, alors que Jean était hospitalisé pour une grave affection, et étant moi-même à l’article de la mort dans un autre établissement je reçus de Jean d’Ormesson un billet me disant « Ne pars pas avant moi ».

URBAN TV. Quand on vous a lu, de même après avoir lu un roman de Jean d’Ormesson, on a l’impression que le monde est plus beau, que la vie est plus belle ! Seriez-vous l’écrivain du bonheur ?

Jean-Marie Rouart. Je crois que le but de la littérature c’est de faire aimer la vie. Avec Jean nous avons une conception Stendhalienne de la littérature où l’argent n’apparaît pas, à l’opposé de Balzac où l’argent est toujours présent ! Ce qui compte ce sont les sentiments, l’amour, la beauté, dans un univers d’apesanteur terrestre. Ce qui me différencie de Jean D’O c’est que lui ne parlera pas d’un échec amoureux ou de choses trop personnelles, un aristocrate ne s’épanche pas, parce que lui c’est un aristocrate alors que Moi je suis un roturier épris d’aristocratie imaginaire comme le sont les grands artistes et dans ma famille il y a eu bien des artistes… Ce qui nous anime avec Jean, c’est plutôt la méritocratie que l’aristocratie !... C’est aussi la différence entre Chateaubriand et Rousseau…Pardon… Je regrette que Chateaubriand n’ait pas plus évoqué ses peines de cœur ! Ça ne se fait pas, on se tient dans ce monde-là et moi je ne me tiens pas !...

Par quel sortilège conjurer le mauvais sort ? Passer de la pauvreté parmi les pêcheurs de Noirmoutier à la fréquentation des heureux du monde !

La suite de l’interview sur www.urbantv rubrique Strasbourg puis urbantv dans votre ville.





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception