Lionel reçoit Philippe Grimbert n°305

Philippe Grimbert

Nom de dieu !

Chez Grasset

 Un livre drôle et Méchant.

Philippe Grimbert est psychanalyste. Il a précédemment publié trois essais : « Psychanalyse de la chanson », « Pas de fumée sans Freud », « Chantons sous la psy ». Ainsi que plusieurs romans dont « La petite robe de Paul », « Un secret », « La mauvaise rencontre » et « Un garçon singulier ». Avec « Nom de dieu » Philipe Grimbert nous offre un roman décapant dans lequel la cruauté de notre société finit par avoir raison des élans les plus nobles du héros Baptiste. Un fervent croyant qui résistera ou ne résistera pas aux épreuves « divines » qui lui tombent dessus en avalanche ?

Lionel Beaudouin pour URBAN TV. Pourquoi avoir inventé Baptiste le héros de ce conte ou fable moderne et pourquoi cette présentation sous jaquette bigarrée à cent lieues de vos autres publications ?

Philippe Grimbert. Quand on a décidé avec l’éditeur Grasset de la manière de présenter ce livre, on a choisi une rupture avec les précédents. Outre la ou les blessures de l’âme en toile de fond, j’avais envie d’être drôle, j’avais besoin d’écrire un livre plaisant amusant et décapant et d’emblée s’est imposé le changement dès la couverture du livre au lieu de la jaquette jaune habituelle. Une chaussure de clown bigarrée a été retenue avec au dessus en gros caractère « Nom de dieu ». Chaussures de clown parce que vous découvrirez dans le roman l’importance du clown dans la vie de Baptiste  et puis peut-être comme vous le faisiez remarquer tout à l’heure ce serait un clin d’œil au livre de Job ou d’Ayoub dans le Coran qui frappent la Terre du pied pour obtenir une miséricorde…

URBAN TV. La vie exemplaire de dévouement et de dévotion de Baptiste n’a –t- elle pas de limite ?

Philippe Grimbert. L’excès de compassion de Baptiste envers les autres l’amènera à la ruine : dans sa vie professionnelle, dans son couple, dans sa vie familiale autant dire que son modèle social aurait dû être le célibat. Choix incompatible avec les engagements pris envers sa femme Constance et ses enfants. Evidemment on pourrait comprendre le pourquoi du célibat sacerdotal…

URBAN TV. Peut-on considérer le Père Noël,  apparaissant dans le roman, comme un concurrent de Dieu ?

Philippe Grimbert. C’est un concurrent car il est l’équivalent de Dieu dans l’esprit des enfants, physiquement il est vieux, barbu comme l’image de celui qui vient du ciel, il distribue les récompenses et les châtiments. Quelle différence entre le Père Noël et Dieu ? Il a également un don d’ubiquité : il entend et voit tout. Les enfants quittent le Père Noël à l’adolescence pour reporter leur croyance vers un Dieu. Les croyants peuvent défendre l’existence de Dieu comme les enfants défendent le Père Noël. C’est l’athée, l’héritier de Freud qui vous parle… Le psychanalyste. D’ailleurs je donne à Constance la faculté de parler de Dieu comme elle parle du Père Noël à ses enfants ce qui amène le doute dans son esprit.

URBAN TV. Pourquoi avoir attendu les années trente pour que les américains nous inventent le Père Noël ? Est-ce une nouvelle religion qui nous arrive ?

Philippe Grimbert. C’est justement dans les années cinquante que le clergé lyonnais brûla une effigie du Père Noël en Place publique parce qu’il devenait un concurrent !... Laïque et commercial…

Cela faisait longtemps que je cherchais le sujet d’un livre drôle où l’humour serait omniprésent. L’occasion m’en fut donnée avec une nouvelle que j’avais écrite où un prédicateur devenait une vedette très médiatisée et Baptiste pouvait devenir celui-là. Baptiste devint le prédicateur défiant les religieux et déviant les circuits touristiques sur le parvis de Notre Dame à Paris au point que l’évêché dû faire intervenir la maréchaussée et même le pape, pour interdire à Baptiste l’accès aux abords de l’édifice !

URBAN TV. On a l’impression en lisant votre livre que Dieu est un spectateur qui, penché sur un grand aquarium, regarde les humains vivre, s’entretuer, se reproduire !...

Philippe Grimbert. Tuer, manger, baiser, serait-il le lot de l’homme ? Dieu serait-il encore un ado addict de console de jeux où d’un seul doigt on peut tuer ou faire prospérer une population entière ?

URBAN TV. Si Dieu n’existe pas, peut-on préjuger de l’avenir de l’humanité ?

Philippe Grimbert. Pensez que le monde n’en n’est pas à ses premiers jours ! Effectivement la morale, la raison peuvent remplacer la loi de Dieu. Mais l’humanité a besoin de croire, d’ailleurs si l’athée dit de temps en temps « ô mon Dieu » c’est qu’il a besoin de prendre quelqu’un à témoin ou de choisir quelqu’un comme modèle, peut-être pas R….. footballeur de son état, choisi par de grands ados mal -finis qui se conduisent mal, qui n’ont comme raison de vivre que l’argent et le sexe!..Mais…

URBAN TV. Pourquoi Dieu aurait-il créé le péché originel ? Pour montrer qu’on est redevable, coupable et que dès le départ on a une dette à éponger ?

Philippe Grimbert. J’ai peur en répondant à votre question que le lecteur pense avoir à faire à un nouveau livre d’Onfray ! Pensez que c’est le côté politique de la religion… Heureusement que la culpabilité existe pour l’Humain, ceux qui n’en ont pas ne sont-ils pas parmi les grands pervers et les tyrans !

 

Une comédie grinçante, une interrogation grave sur la condition de l’Homme. Mais un livre très, très drôle où l’auteur joue avec la méchanceté de la société ! En faisant un procès au créateur sur le ton de l’humour !

 

 





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception