Lionel reçoit Gérard Davet et FabriceLhomme N°291

FRENCH CORRUPTION

Ils ont menti. Ils mentent  encore.

Pendant trente ans, ils ont trompé les juges, manipulé les médias, trahi leurs électeurs.  Une seule drogue : le pouvoir. Et l’argent qui va avec. Ils forment  un clan, une poignée d’hommes toujours shootés à la politique à l’affût d’un siège, d’une élection.

Ce clan, c’est celui de l’ex-RPR, de Patrick Balkany à Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy à Charles Pasqua. Un homme les a fréquentés. Il en a payé le prix, bon soldat, parfait exécutant des basses œuvres dans les Hauts- de- Seine, le bastion, le coffre-fort du RPR. Ce porteur de valises c’est Didier Schuller, l’ancien conseiller général de Clichy-la-Garenne. Lui aussi s’est tu, lui aussi a dupé les juges, déçu ses proches.

Aujourd’hui il parle.

Les mêmes sont toujours en place, rien n’a changé.

Il existe bien une French Corruption.

URBAN TV. Le titre French Corruption, un titre qui ouvre la porte à toutes formes de corruption se limite à Sarkozy et à l’UMP n’est-il pas trop restrictif ?

Gérard Davet. Pour résumer, on évoque une filière de corruption, une association non pas de malfaiteurs mais de personnages dans un lieu commun en période trouble, qui a contribué à des dérives dans un département et est révélatrice d’un système général d’une classe politique.

URBAN TV. La citation d’Anatole France que vous mettez en avant propos sous-entend une universalité de corruption dans les termes : République et Démocratie…alors n’est ce point-là une normalité sous tous les régimes actuels ?

Fabrice Lhomme. Pour répondre à cette question, en particulier en Europe, ce n’est pas nouveau, mais il est  un fait que la corruption épargne les pays nordiques  où les partis politiques semblent plus fermes sur les principes, les dérives que l’on dénonce n’auraient pas pu se produire dans des pays tels que l’Allemagne alors que ce que l’on montre est plus courant dans les pays du Sud comme l’Italie, chez nous les pouvoirs banalisent le fait, c’est intégré !

URBAN TV. Le machisme serait-il aussi l’apanage de la République ? Tous les journalistes, les politiques, et coursiers ont comme leitmotiv « jolies filles »

Gérard Davet. C’est un constat, nous n’avons pas cherché à le mettre en évidence. Le pouvoir fait ressortir le côté puissance …le côté protecteur…et l’attirance des femmes pour ceux-là. La gent féminine quand elle est au pouvoir fait ressortir d’autres arguments…

URBAN TV. Didier Schuller à la réputation sulfureuse, ne risque-t-il   pas de nuire à la crédibilité du procès ?

Fabrice Lhomme. Quand on est journaliste on ne choisit pas ses sources !

Il a corrompu, il a utilisé des substances illicites, il a été condamné, il assume ! On ne juge pas sur ce qu’il a été, on relate des faits, la crédibilité de ses dires. Nous, après cinq ans d’enquêtes, on estime que ce que nous dit Schuller tient parfaitement la route, on ne l’a jamais pris en flagrant délit de mensonge.

URBAN TV. Une semaine après la parution de votre livre, Didier Schuller est toujours en vie ! Cela démontre-t-il  la faiblesse de la droite ! Il y a quelques années il serait déjà mort, suicidé par une balle dans le dos ou pendu à une corde à 50 cm du sol !

Gérard Davet. Eclats de rire…Ce qui pourrait arriver à Didier Schuller c’est un procès public, des poursuites judiciaires, un grand déballage, et ça, ce n’est l’intérêt de personne.

URBAN TV. « Le tous pourris » épargne -t-il  la gauche, l’extrême gauche et l’extrême droite ?

Gérard Davet. La gauche a eu affaire à d’autres dossiers sulfureux, sans parler des écoutes de journalistes  bien entretenues par François Mitterrand  en son temps. Le parti communiste avec les dossiers  d’études, tout cela tient du fait qu’il n’y avait à cette époque pas de financement légalisé des partis politiques, c’était la débrouille en marge de la loi ou même en dehors. L’objet de ce livre c’est les Hauts -de-Seine, le coffre fort de la France politique et économique, le RPR a mis la main dessus. Il y avait pendant un temps le partage de cette manne entre les différents partis, puis d’un seul coup le rouleau compresseur RPR n’a plus rien partagé. Notre enquête montre sur une période assez longue ce qu’en a été la pratique, on peut supposer qu’elle n’est pas disparue…

URBAN TV. Sur le principe qu’une affaire chasse l’autre, peut-on espérer un traitement similaire à d’autres Politiques dans un second tome ?

Fabrice Lhomme. Evidemment, la corruption n’est pas l’apanage d’un parti politique. Nicolas Sarkozy l’a montré par sa présence pendant dix ans dans la politique française, mais si l’on trouve des faits précis sur Hollande ou d’autres nous n’aurons aucun problème pour les dénoncer.





 

 
    Accueil - Programme TV - People TV
Sortir au cinéma - Sortir au restaurant - Agenda
Infos vie pratique - Infos multimédia - Infos voyages - Infos intérieur - Infos autos motos
Annonces autos - Annonces motos - Annonces immos - Annonces bonnes affaires - Annonces emplois
Communiquer dans Urban TV - Créer votre Urban TV
Courrier des lecteurs - Enquête de satisfaction
Site partenaires :
Amenothes Conception